Règlement de la dette : Tunisair et TAV Tunisie signent un mémorandum d'accord

Réclamant une créance d’environ 22 millions d’euros, le gestionnaire portuaire TAV Tunisie a lancé, à la mi-février, une procédure de saisie sur les comptes bancaires de Tunisair. La méditation du gouvernement a finalement abouti à la signature d’un accord de rééchelonnement de la dette suivant des clauses bien précises.

Tunisair et TAV Tunisie ont trouvé un terrain d’entente pour le règlement de la dette du premier, à l’endroit du second. En effet, la compagnie nationale tunisienne annonce avoir signé, mercredi 24 mars, un mémorandum d'accord avec le gestionnaire des aéroports internationaux d’Enfidha-Hammamet et de Monastir Habib Bourguiba. Les documents ont été paraphés par Khaled Al-Cheli, le directeur général de Tunisair, et Kahina Malouk, la directrice générale de la filiale tunisienne du groupe aéroportuaire turc, TAV Airports.   

La dette cumulée de Tunisair à l’égard de TAV Tunisie a atteint 22 millions d’euros. Un passif relatif à des prestations de service non payées depuis 2015. Selon l’economistemaghrebin,  qui cite la patronne de TAV Tunisie, les termes de l’accord signé portent sur 12 millions d’euros et fixe un protocole de rééchelonnement au terme duquel Tunisair remboursera cette dette sur quatre ans. Un deuxième accord devrait prochainement être conclu.

A la mi-février, la tension entre les deux parties était montée d’un cran lors TAV Tunisie a enclenché une procédure judiciaire de saisie sur ses comptes bancaires du transporteur tunisien, après plusieurs relances infructueuses. Il a fallu l’intermédiation de l'Office de l'aviation civile et des aéroports (OACA) et du ministère des Transports et de la Logistique pour ramener les deux entités sur la table de négociation. 

Soulignons que Tunisair connait d’énormes difficultés financières qui font craindre sur sa capacité à respecter ses échéanciers. Le transporteur déficitaire et lourdement endetté a réalisé une année 2020 catastrophique, sa situation ayant été aggravée par la Covid-19. L’an dernier, Tunisair a vu son trafic de passagers chuté de 71% pour s’établir à 997 224 ; ses revenus (147 millions d’euros) ont diminué à moins du tiers de ceux de 2019 ; ses liquidités totalisaient 17,3 millions d’euros tandis que son endettement au 31 décembre s’élevait à 295 millions d’euros. C’est dans ce contexte particulièrement compliqué pour le fleuron national que Khaled Al-Cheli a été nommé directeur général le mois dernier. 

Le Prince Fogue

Autres articles

Back to top button