Le Marché unique du transport aérien africain sera lancé en Janvier 2018

La commission de l’union africaine a annoncé pour janvier 2018, le lancement du Marché unique du transport aérien africain. La confirmation a été  faite le lundi 20 Novembre 2017, par Dr Amani Abu-Zeid, commissaire aux infrastructures et à l’énergie de l’union africaine . C’était au cours des assisses du troisième forum mondial de l'aviation de l'OACI qui se sont tenues à Abuja au Nigéria.

Projet phare de l’Agenda 2063 de l’Union africaine , le marché unique  du transport aérien africain  permettra , selon lui ,  l’amélioration  des niveaux de service aérien, renforcera  la concurrence entre les itinéraires ce qui entraînera des tarifs plus compétitifs, stimulera le volume des trafics supplémentaires, favorisera le commerce, les investissements et d'autres secteurs de l'économie et entraînera un accroissement de la productivité et une augmentation de la croissance économique et de l’emploi.

Dr Amani Abu-Zeid, a cependant constaté qu’à ce jour, seulement 23 pays africains dont le Nigeria ont signé l’engagement d’adhésion au Marché unique du transport aérien africain dès 2018. Il a invité à cet effet, les autres états à embarquer rapidement dans le vol de libéralisation du ciel africain.

D’après l’union africaine, les 23 pays membres du MUTAA (le Bénin, le Botswana, le Burkina Faso, le Cap Vert, la République du Congo, la Côte d'Ivoire, l'Égypte, l'Éthiopie, le Gabon, le Ghana, la Guinée, le Kenya, le Libéria, le Mali, le Mozambique, le Nigéria, le Rwanda, la Sierra Leone, l’Afrique du Sud, le Swaziland, le Togo et le Zimbabwe) représentent une population totale de plus de 650 millions de personnes, soit plus de la moitié de la population du continent en 2015. Leur PIB cumulé s'élève a près de 1,5 milliard de dollars en 2015, soit plus de 61% du PIB du continent.

Pour rappel, le Marché unique du transport aérien en Afrique est le résultat de l’application immédiate des principes de la Décision de Yamoussoukro adoptée en 1999 et approuvée par l'Assemblée des chefs d'État et de gouvernement de l’UA à Lomé (Togo) en juillet 2000. Cette décision prévoit la libéralisation complète des services de transport aérien à l’intérieur du continent africain, le libre accès au marché, les droits complets de trafic de première, deuxième, troisième, quatrième et cinquième libertés pour les services aériens réguliers et pour le fret aérien des compagnies qualifiées. Elle supprime la restriction à la propriété dans le secteur et prévoit la libéralisation complète des vols, des tarifs et du cabotage. Elle propose également des critères d'éligibilité pour les transporteurs communautaires africains, des normes de sécurité et de sûreté, des mécanismes de concurrence loyale, un règlement des différends ainsi qu’une meilleure protection des consommateurs. 


Autres articles

Back to top button