Breaking News :

dimanche 20 septembre 2020

Kenya Airways fustige les droits de cargo accordés à Ethiopian Airlines à Nairobi et Mombasa

 Le ministère kényan des Transports a récemment autorisé Ethiopian Airlines à étendre aux opérations fret, sa licence d’exploitation initialement réservée aux vols commerciaux passagers.

Cette dérogation, qui autorise la compagnie éthiopienne a effectué des vols cargo de Nairobi et Mombasa vers l'Europe et l'Asie ( du 3 avril au 25 octobre),  n’est pas vu d’un bon œil par Kenya Airways, qui craint la présence de la compagnie rivale sur son marché, surtout en ce temps de crise.

 « Nous nous sommes opposés à la décision d'Ethiopian Airlines d'utiliser ses vols passagers pour le fret au Kenya parce que nous n'avons pas été consultés sur l'impact que cela aurait sur notre affaire » a déclaré Allan Kilavuka, le PDG Kenyan Airways cité par Business Daily Africa.

Selon Kilakuva, cette dérogation met en péril les revenus de la compagnie, déjà en difficulté financière. A l’en croire, le transporteur national dépend grandement de l'activité fret qui génère environ 11 milliards de shillings ( 95 millions d’euros) par an, une somme qui couvre en partie les salaires et les services publics comme la sécurité, l'eau et l'électricité.

Le 25 mars, Kenya Airways a suspendu l'ensemble de ses opérations internationales, en raison des restrictions liées au Covid-19.Cela a eu un impact significatif sur le flux de revenus, laissant le fret (notamment l'exportation de fleurs, de fruits frais, la viande) comme principal moyen de subsistance. Elle a récemment sollicité  l’aide financière du gouvernement pour pourvoir  se maintenir à flot pour les six prochains mois.

Afin de maîtriser ses coûts opérationnels dans ce contexte difficile, le transporteur a réduit de 35% du salaire du Directeur général et 25% de celui des cadres supérieurs. Les membres du conseil d'administration, quant à eux, se sont engagés à ne pas percevoir leurs honoraires.

Rappelons qu'en juillet 2019, le parlement avait amorcé la nationalisation de Kenya Airways déficitaire depuis des années. Malheureusement à ce jour, l'Etat est toujours à la recherche de moyens financiers pour racheter les 49% de parts détenues par les autres actionnaires. L'arrivée du covid-19 va assurément donner un coup de frein à ce processus, qui au-delà de tout, ne fait pas l'unanimité même au sein de la compagnie.

Partager
Mot clé :
Précédent

Covid 19 : Rwandair va bénéficier d

Suivant

En l’absence des salaires de Mars, le

Laisser un commentaire

Les plus populaires

Souscrire à notre newsletter

Rejoignez notre newsletter et obtenez les dernières actualités dans votre boîte de réception.